Livres

Notre bibliographie non-exhaustive

Parfois pour sauter le pas il suffit d’un livre, un seul pour tout bousculer ! Comme on aime beaucoup lire on vous partage notre bibliographie non-exhaustive de ces livres qui nous ont permis de changer, avancer, réfléchir, râler, débattre et rêver !

La littérature environnementale est vaste, il nous reste encore beaucoup de livres à découvrir et rien ne nous ferait plus plaisir que de lire ceux qui vous ont chamboulé ! N’hésitez surtout pas à nous partager vos coups de cœur !

IMG_3088

Autour du zéro déchet et des déchets en général :

Le scénario Zéro Waste de Zéro Waste France

Zéro Déchet de Béa Johnson

Famille (presque) zéro déchet de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret

Trashed De Derf Backderf

Homo Detritus de Baptiste Monsaingeon

Environnement/Société :

L’âge des low tech de Philippe Bihouix

– Comment tout peut s’effondrer de Pablo Servigne et Raphaël Stevens

Effondrement de Jared Diamond

Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer

Se libérer du superflu De Niko Paech

Toxique planète d’André Cicolella

Petit manuel de résistance contemporaine de Cyril DionIMG_3077

Mode de vie :

No Impact Man de Colin Beavan

Le guide éco frugal de Philippe Lévèque

La magie du rangement de Marie Kondo

L’art de la simplicité de Dominique Loreau

Un jardin dans les Appalaches de Barbara Kingsolver

Zéro plastique, zéro toxique d’Aline Gubri

Vivre (comme) à la campagne de Dick et James Strawbridge

Magazines :

Kaizen

Socialter

UP magazine

 

 

Mode de vie

Le Défi « Rien de Neuf »

Le défi « Rien de Neuf » a été mis en place en 2018 par l’association Zéro Waste France. Le but est simple, il faut, dans la mesure du possible, ne rien acheter de neuf pendant un an. Le défi ne concerne pas les achats « du quotidien » comme l’alimentation ou la santé mais il porte plutôt sur les achats impulsifs ou matériels comme l’électroménager, les vêtements, le mobilier, les livres etc.

Avant chaque achat la question à se poser « est-ce-que j’en ai vraiment besoin ? », si la réponse est non un achat inutile a été évité par contre si la réponse est oui alors il faut chercher une alternative au neuf et c’est là que le défi devient intéressant.

Le domaine le plus facile pour commencer le défi est l’habillement. Il existe de nombreuses friperies et boutiques solidaires partout en France où l’on trouve de tout à des prix imbattables. Il suffit d’être patient, vigilant sur l’état du vêtement et vous pouvez refaire votre garde robe et celle de vos enfants en un tour de main. A l’épicerie on ne s’habille qu’avec des vêtements des friperies et on arrive à trouver de très belles pièces. Si vous n’avez pas de friperies près de chez vous il reste des sites comme Vinted qui propose uniquement des vêtements d’occasion mais attention il y a de tout à des prix parfois très chers.

Ensuite on peut se tourner vers les boutiques d’occasion, bouquinistes et vide grenier/brocante pour les achats de livres, jeux, DVD et autres.

Pour l’électronique et l’électroménager on privilégie la réparation mais si l’achat reste inévitable on peut trouver notre bonheur sur des sites de reconditionnement comme BackMarket, sinon LeBonCoin ou les vide grenier, boutiques de seconde main, ressourceries.

Le troc est aussi un bon moyen de dénicher des petites perles, les vide dressing entre amis sont des moments conviviaux pour échanger ses vêtements, la mutualisation des outils entre voisins, le prêt d’appareils que l’on utilise peu et le site MyTroc pour troquer des objets.

Il existe de nombreuses alternatives pour éviter d’acheter neuf alors que des objets d’occasion sont disponibles. Le défi « Rien de Neuf » est une autre manière de consommer, plus responsable, plus joyeuse, plus raisonnée. Il est temps de cesser le gaspillage à tous les domaines mais surtout des ressources.

Le site du Défi

Le site de Zéro Waste France

Actualités

Comment ça marche une épicerie vrac ?

On nous demande souvent comment ça marche une épicerie de vrac, on nous dit parfois que le vrac c’est sale, pas pratique, difficile. Alors on va vous faire découvrir les coulisses d’une épicerie pour qu’elle n’ait plus de secret pour vous !

Tout d’abord le conditionnement. Dans une épicerie de vrac, il y a des bacs à pelles (sorte de grosses boîtes où l’on met certaines denrées alimentaire) et des silos à gravité (grands tubes rectangulaires avec une poignée qui permettent de faire « couler » les aliments secs comme le riz ou les amandes). Les bacs et les silos peuvent être de tailles différentes et la matière dont ils sont fabriqués est très importante car plus ils sont lourds et moins ils sont maniables.

Pour remplir ces bacs et silos nos fournisseurs nous livrent les denrées alimentaires dans des cartons, des sacs ou des pots de différents poids allant de 3kg (bonbons) jusqu’à 25kg (flocons d’avoine). Sachant que 25kg est le maximum en terme de charge que peut porter un homme sur son lieu de travail. Autant vous dire que 25kg de flocons d’avoine, de riz ou d’amandes c’est lourd, très lourd !

Sur chaque sac contenant les denrées il y a une étiquette avec plusieurs informations obligatoires comme le nom du fournisseur, la date de péremption et le numéro de lot. Ces étiquettes doivent être conservées précieusement avec la date de remplissage d’un nouveau bac. Toutes ces données sont très importantes pour la traçabilité des produits. Si l’intégralité du sac ouvert ne rentre pas dans un bac on peut le refermer soigneusement et remplir dès que possible. Sachant que chaque bac doit contenir un seul lot à la fois, on ne mélange pas deux lots différents de denrées alimentaires pour simplifier la traçabilité des produits et éviter les contaminations potentielles. 25kg ça peut paraitre énorme mais si c’est un produit qui a du succès, comme les amandes, les 25kg peuvent être vendus en 2 jours. Une fois qu’un lot entier a été vendu et que nos fournisseurs nous livrent de nouveaux lots on doit obligatoirement nettoyer le bac ou silo avant de le remplir avec le nouveau lot. C’est maintenant que l’on va parler d’hygiène.

Le vrac demande énormément de rigueur et d’entretien car les produits n’ont pas d’emballages protecteurs. Si quelques amandes tombent par terre pendant le remplissage d’un silo on les jette. On doit nettoyer le plus souvent et le plus efficacement possible le magasin, les outils servant à attraper les aliments (pelles, pinces etc), l’extérieur et intérieur des bacs et silos, les becs verseurs, la réserve, bref tout ce qui est en contact avec les produits. D’ailleurs une excellente manière de voir si le magasin où vous faites vos courses en vrac est sérieux c’est vraiment la propreté générale du lieu, si tout est impeccable c’est signe d’une certaine rigueur, si au contraire vous constatez que souvent les pelles sont sales, les bacs pas très propres il ne faut pas hésiter à poser des questions au gérant et lui en parler.

Les bacs et silos sont nettoyés à chaque fois que l’on change de lot et systématiquement après une contamination quelconque (mites, charançons etc). Le nettoyage demande beaucoup de temps et d’énergie mais c’est indispensable.

Le travail dans une épicerie de vrac est très fatiguant, car outre l’accueil les clients et la caisse qui sont des taches gourmandes en énergie, toute la gestion du lieu et des aliments est aussi très énergivore. Comme client on ne rend parfois pas compte de tout le travail avant la mise en rayon. Pour ce métier il faut être extrêmement motivé et rigoureux. Après c’est que du bonheur, quand on fait découvrir de délicieux produits à nos clients, quand on fait de belles rencontres, quand on partage des trucs et astuces, quand on soutient des producteurs locaux etc.

Voilà pour ce petit aperçu, on espère que cet article vous plaira et vous permettra d’en savoir un peu plus sur le fonctionnement d’une épicerie vrac.

 

Actualités

Quoi de neuf chez Le Gramme ? 01/19

– Janvier 2019 –

L’année 2019 commence bien pour l’épicerie. Pour réaliser l’étape finale du projet (en terme de paperasse), nous avons décidé de nous faire aider par la CCI (Chambre de Commerce de d’Industrie). Après ça il nous reste plus qu’à déménager, trouver un local, des financements et un prêt. On y est presque !

Nous sommes en train de réaliser le Business Plan, c’est un énorme dossier qui va nous permettre d’établir l’évolution de l’entreprise au départ et dans ses trois premières années. C’est à la fois un outil de pilotage et de communication qui doit convaincre nos partenaires (associé, franchiseur, financeur) de la viabilité du projet de création et du bien-fondé de nous accompagner.

C’est assez long et fastidieux à faire et c’est pourquoi la CCI entre en jeu. Si vous ne connaissez pas les CCI il nous semble important d’en parler car ce sont de précieux alliés dans le monde de l’entreprenariat.

La Chambre de Commerce et d’Industrie est un organisme chargé de représenter les intérêts des entreprises commerciales, industrielles et de service mais aussi également dans l’industrie. Le réseau est national mais dans chaque région/département il y a une ou plusieurs CCI qui accompagne les entrepreneurs ou futurs entrepreneurs dans toutes leurs démarches. Ce sont un peu les mamans des entreprises car elles sont toujours là en cas de besoin, pour une question, un doute, un problème et les accompagnements qu’elles proposent sont des aides précieuses car le monde de l’entreprenariat peut être solitaire et difficile. Malheureusement depuis quelques temps elles sont de plus en plus en difficulté avec des baisses de moyens, des réductions d’effectifs  et à terme leur disparition. Ce serait une énorme erreur que de faire disparaitre les CCI, ça signerait la perte de nombreuses petites entreprises, le ralentissement certain de l’entreprenariat en France et surtout ça isolerait encore un peu plus les petits entrepreneurs qui souhaitent lancer leur activité.

Voilà, ce petit article ne va surement rien changer mais s’il peut mettre en lumière l’énorme travail d’aide qu’apporte les CCI de France c’est déjà bien. N’oubliez pas que dernière chaque commerçant il y a une maman CCI qui veille sur lui.

Le site de la CCI

 

 

Fournisseur

Pachamamaï

Aujourd’hui on va faire un tour vers les cosmétiques solides en vous présentant un de nos fournisseurs favoris : Pachamamaï.

Pachamamaï signifie Terre Nourricière en quechua, c’est une SCOP, basée en Vallée de Chevreuse, qui fabrique à la main des cosmétiques solides comme des savons, shampoings et dentifrices (oui oui, des dentifrices !). Ils sont très attentifs à la qualité de leurs matières premières non seulement pour des raisons écologiques mais aussi éthiques, ils travaillent sans eau avec des matières végétales issues du commerce équitable, ainsi ils peuvent réduire considérablement leur empreinte carbone et leur production de déchets tout en respectant l’homme et la nature . La marque est labellisée slow cosmétique, cruelty free et vegan.

Les cosmétiques solides sont souvent le premier pas vers le zéro déchet, c’est un excellent moyen de revoir le nombre de produits (souvent trop nombreux et inutilisés) dans la salle de bain tout en réduisent considérablement ses déchets. Par exemple un shampoing solide de Pachamamaï, utilisé par deux personnes, dure plus de 3 mois, il est facilement transportable, sain pour les cheveux (on voit vraiment une différence) et permet même d’espacer les lavages.

La gamme de Pachamamaï s’étoffe petit à petit, il y a même du démaquillant solide maintenant et c’est un réel plaisir de pouvoir travailler auprès d’une marque aussi engagée pour l’environnement. On espère qu’elle vous plaira aussi !

Le site de Pachamamaï

La page FB de Pachamamaï

Mode de vie

Le zéro déchet

Dans cet article on va parler du zéro déchet parce que ce mode de vie on le pratique depuis des années et qu’il nous fait du bien !

La poubelle d’un Français représente environ 500kg par an. 30% de celle-ci sont constitués des déchets organiques qui pourraient être compostés et les 70% restants, de déchets recyclables qui ne sont pas triés ou pas pris en charge par le centre de tri de la commune.

En effet, un des problèmes majeurs du recyclage est que les consignes de tri ne sont pas nationales, ainsi dans certaines villes les pots de yaourt sont recyclés, dans d’autres, il sont considérés comme des erreurs de tri. Autre difficulté, les codes couleurs des poubelles varient, à Paris par exemple, les poubelles vertes sont celles des déchets ménagers, ailleurs elles accueillent le verre, la poubelle jaune pour le tri ici peut être bleue dans le département voisin.

Il est impératif de normaliser enfin les consignes de tri et codes couleurs des poubelles afin de faciliter la vie des citoyens et permettre la pratique du tri dans de bonnes conditions.

Cependant, si le recyclage est une très bonne chose il ne faut pas oublier qu’il représente un coût énergétique important. Le meilleur déchet reste celui que l’on ne produit pas.

Alors bienvenue dans le zéro déchet !

Ce mode de vie est une excellente manière de reprendre le contrôle de sa consommation. Il y a 5 grands principes que l’on appelle les 5R :

Refuser, ce dont nous n’avons pas besoin.

Réduire, ce dont nous avons besoin que nous ne pouvons refuser.

Réutiliser, ce que nous consommons et ne pouvons ni refuser, ni réduire.

Recycler, ce que nous pouvons ni refuser, ni réduire, ni réutiliser.

– Et enfin composter (rot en anglais) le reste.

Ces principes peuvent paraitre compliqués mais le processus se fait de lui même une fois que l’on a pris l’habitude de refuser toutes les choses inutiles qui encombrent nos vies. Attention cela ne signifie pas retourner à l’âge de pierre et s’éclairer à la bougie, il s’agit de revenir à une consommation intelligente, active, réfléchie.

Au delà des bénéfices sur la santé, le budget, l’environnement (réduction importantes des déchets, arrêt des achats dictés par la publicité, réduction du gaspillage alimentaire, vestimentaire et matériel…), le zéro déchet permet de se concentrer sur des aspects de nos vies beaucoup plus importants que la consommation à outrance. On se remet à être plutôt qu’à avoir, à vivre plutôt qu’à posséder. Et la joie de découvrir toutes ces nouvelles choses, d’agir, de pouvoir changer le monde à notre échelle.

Ce mode de vie mène très souvent au minimalisme, qui nous aide à épurer nos têtes, nos lieux de vie, nos possessions. On se désencombre et on découvre d’autres manières de consommer, on se concentre sur l’essentiel et surtout on s’aperçoit du pouvoir que l’on a et que l’on oublie trop souvent. Au lieu de subir ce monde, cette société qui nous exaspèrent et nous dépassent pourquoi ne pas faire en sorte de changer les choses à notre niveau ?

Pour en savoir plus sur la problématique des déchets

Le site de l’ADEME

Pour se lancer dans le zéro déchet

Un excellent livre sur les déchets

Recettes

Recette gâteau chocolat courgettes

_MG_2196-Modifier

Et voilà la fameuse recette du gâteau au chocolat et à la courgette. Mélange improbable et pourtant délicieux, idéal pour réduire le trop plein de courgettes en plein coeur de l’été ou en fin de saison. On remercie au passage Maud Caillet, talentueuse photographe.

Sans plus tarder les ingrédients :

– 200g de chocolat pâtissier

– 3 oeufs

– 100g de sucre en poudre

– 1 courgette (200g)

– 70g de farine

– 1/2 sachet de levure chimique et un peu de sel

La recette :

Faire fondre le chocolat au bain marie. Dans un récipient mélanger les oeufs et le sucre et battre le mélange jusqu’à ce qu’il blanchisse.

Lavez et épluchez la courgette puis râpez là en l’ajoutant à la préparation. Versez le chocolat, la farine, la levure et le sel.

Versez le tout dans un moule et enfournez 25min à 180°. Vous pouvez réduire le temps de cuisson pour un gâteau légèrement plus fondant. La courgette apporte un moelleux exquis au gâteau, une petite tranche avec un bon thé c’est le goûter des champions !

Le site web de Maud

 

Recettes

Recette des spaghetti de courgettes

Pour ceux qui nous suivent sur les réseaux sociaux vous avez vu passer plusieurs recettes dont celle des spaghetti de courgettes. Cette délicieuse recette a été revisitée d’après celle de Spicylia et immortalisée par notre photographe Maud Caillet.

La recette est simple car il suffit de couper très finement les courgettes, d’ajouter un peu de jus de citron, sel/poivre et de déguster cru. Comme on est gourmandes on a décider d’ajouter un pesto fait maison avec du basilic, du parmesan, des pignons et des petites tomates cerises mais vous pouvez mettre ce qui vous plait. Ce plat est parfait en été ou au début de l’automne quand il reste encore des courgettes et qu’il ne fait pas trop froid dehors.

Voir la recette originale de Spicylia (vegan)

Le site de Maud

 

 

 

 

Actualités

Résultats de l’étude de marché

L’étude de marché est restée en ligne 2 mois. Il y a eu un peu plus de 200 réponses, dont une centaine en une semaine ! C’est beaucoup plus que ce que l’on espérait et surtout les résultats ont confirmé nos suppositions. L’épicerie va s’implanter à l’ouest de Montpellier, reste à trouver l’endroit idéal.

Vos réponses ont été assez similaires sur la zone d’implantation, 30% des personnes souhaitent voir l’épicerie dans une zone commerciale, 32% dans l’hyper centre de la ville et 38% dans une zone péri-urbaine. Le centre ville n’est vraiment pas pour nous car il existe déjà plusieurs épiceries au cœur de Montpellier et nous souhaitons avant tout rendre le vrac accessible pour les personnes habitant à l’extérieur de la ville.

Concernant les produits ce qui est le plus important pour vous c’est la marque, puis la provenance et pour finir le prix. Ce qui tombe bien car nous n’allons travailler qu’avec des marques au maximum locales sinon françaises, éthiques et bio. Ensuite vous êtes 95% à souhaiter de l’épicerie salée (riz, pâtes, lentilles …), 90% des fruits/légumes, 80% du thé/café et 70% des produits d’entretien. Grâce à ces résultats nous savons plus précisément quelles sont vos attentes et nous pourrons vite les satisfaire.

Pour la fréquentation de l’épicerie vous êtes 41% à vouloir venir une fois tous les 15 jours, 39% à vouloir venir plus ou moins une fois par semaine, 18% une fois par mois et 2% moins d’une fois par mois. Même si ces chiffres ne sont que des hypothèses on peut voir qu’il a une certaine envie de passer au vrac pour ceux qui ne le font pas ou de venir à l’épicerie pour ceux qui ont plus l’habitude.

Pour finir le questionnaire a été rempli par énormément de femmes (89%) ! Ce qui n’est pas étonnant car les femmes sont très présentes dans les associations environnementales ou autres d’ailleurs, elles communiquent beaucoup sur leurs engagements, découvertes, astuces etc, elles partagent, commentent, s’engagent bénévolement. Elles agissent et le font savoir, souvent dans les couples ou les familles, elles sont l’élément déclencheur d’un nouveau départ ou d’un changement radical. Ce n’est pas pour autant que les hommes ne s’engagent pas, ils sont beaucoup plus discrets. Si ce sujet vous intéresse je vous conseille de lire un article de Natasha, qui tient le blog Echos Verts

On termine en vous remerciant encore pour votre investissement dans le projet, vos encouragements, vos réponses au questionnaire, vos bonnes idées, vos partages. Se lancer dans un tel projet est éprouvant, c’est un long chemin parsemé de doutes, interrogations, fatigue mais se savoir encouragé et soutenu est extrêmement motivant. Vous êtes notre essence, merci à tous !

Fournisseur

Sol à Sol, infusions bio et équitables

Aujourd’hui on vous présente Sol à Sol, une coopérative exportatrice de thés, maté, plantes et tisanes, installée à Marseille. Toute la gamme de Sol à Sol est issue du commerce équitable et certifiée agriculture biologique par Ecocert.

Les produits arrivent en France par bateau dans le port de Marseille et sont conditionnés par l’ESAT (Établissement et service d’aide par le travail) St Jean dans le 10ème arrondissement de la ville.

On a rencontré Sol à Sol pendant le premier Salon du vrac à Paris, organisé par Réseau Vrac. C’était une très belle rencontre avec des personnes adorables, à l’écoute et surtout très engagées.

Il y a un réel suivi des produits puisque une à deux fois par an la coopérative se rend en Inde et au Brésil pour rencontrer les producteurs de thé et de maté.

Par dessus tout et c’est quand même le plus important, Sol à Sol crée des mélanges d’excellente qualité, on a un coup de cœur pour Amour Chocolat, un mélange d’écorces de fèves de cacao, de rooïbos et de fleur d’oranger.

Il y a énormément de choix, pour tous les goûts, du thé naturel, infusion douce en passant par des mélanges corsés et épicés.

Nous sommes ravies de devoir goûter tous ces thés et infusions pour choisir quel produit finira sur les étagères du Gramme, même si le choix va être difficile parfois. Si vous connaissez cette marque et avez envie de voir certains produits de la gamme dans nos rayons n’hésitez pas à nous en faire part.

Pour finir voici quelques liens pour en savoir plus sur Sol à Sol.

Le site web http://www.sol-a-sol.fr/

La page FB https://www.facebook.com/solasolfr/