Fournisseur, Produit

La saponification à froid

Peut-être avez vous déjà entendu le terme de « savon saponifié à froid » sans savoir ce que cela signifie exactement. Voici une petite explication plus en détail de ce procédé particulier.

Mais avant cela petit détour historique sur le savon. D’après nos connaissance actuelles les premières évocations de la saponification remontent au IIIème millénaire avant J-C. Les Babyloniens et les Égyptiens se servaient de graisses animales et de cendres ou de carbonate de soude d’origine naturelle pour leur hygiène corporelle. Plus tard, les Germains et les Celtes utilisaient de la graisse de chèvre et des cendres de bouleau pour fabriquer leurs savons mais c’est vers le XVème siècle, à Marseille, que la production industrielle du savon prend son essor. Aujourd’hui nous fabriquons des savons de toutes sortes et pour tous les usages que ce soit pour notre hygiène corporelle ou pour nettoyer linge et maison.

Passons maintenant à la saponification. Pour commencer il faut savoir que pour fabriquer un savon il faut un corps gras et de la soude afin de transformer les graisses en savon. Pour ça il existe deux méthodes, la saponification à chaud et la saponification à froid. Le véritable savon de Marseille, par exemple, est le résultat d’une saponification à chaud. C’est une technique industrielle qui consiste à chauffer les matières grasses avec une grande quantité de soude, afin que la totalité des corps gras se transforme en savon. Le mélange est chauffé pendant une période plus au moins longue et remué régulièrement. La pâte obtenue est ensuite rincée abondamment afin d’éliminer la soude en excès. Le savon est coulé et refroidi, puis laissé à sécher pendant 24 heures. Il est utilisable immédiatement une fois sec. Cette méthode consomme énormément d’eau et d’énergie et le savon obtenu aura une longue tenue mais sera agressif pour la peau et de moins bonne qualité.

La saponification à froid, quant à elle, est une réaction chimique à température ambiante, qui utilise la quantité exacte de soude caustique nécessaire à la transformation des graisses en savon, contrairement à la saponification à chaud. La saponification à froid est une réaction exothermique (qui produit sa propre chaleur comprise en 40° et 50°) qui ne s’arrête que lorsque l’un des composants est épuisé . Des corps gras (beurre de karité, huiles végétales etc) sont ajoutés en fin de préparation afin de garantir une transformation totale de la soude en savon. Ce procédé se nomme le « surgraissage » et permet d’apporter plus de douceur au savon, car ces corps gras supplémentaires ne seront pas ou peu attaqués par la soude. La pâte à savon est ensuite coulée dans des moules et isolée des variations thermique pendant 48 heures, avant d’être démoulée. S’ensuit une période de « cure » allant de 4 à 6 semaines permettant la transformation totale de la soude en savon.

Cette méthode de fabrication est plus lente et moins polluante que la saponification à chaud, car il n’est pas nécessaire de chauffer la préparation, ni d’utiliser des excédents de soude et d’eau. Cependant, même si sa fabrication est longue, les savons obtenus sont de meilleure qualité et plus doux pour la peau grâce à la glycérine naturellement présente lors du processus et qui a été totalement éliminée lors de la saponification à chaud.

Même si la saponification à froid permet d’obtenir de meilleurs savons, il n’est pas conseillé de se laver à outrance. En effet, le savon n’a pas le même pH que notre peau (le savon a un pH basique tandis que celui de la peau est plutôt acide). L’acidité de la peau provient du film hydrolipidique qui assure une protection naturelle contre les bactéries. Cette couche protectrice est composée de sueur, de sébum et d’eau. C’est cette barrière naturelle qui donne à la peau un effet de souplesse et une belle forme à l’épiderme. Plus on se lave et plus on détruit le biotope qui protège notre peau des agressions extérieures. Inutile donc de se laver le corps en entier tous les jours. On peut prendre une douche complète un jour sur deux et faire une toilette de chat avec un gant entre (pour se laver les pieds, les aisselle et les parties intimes). La partie de notre corps qui reste un indispensable à laver très régulièrement ce sont les mains pour éviter de transmettre des maladies notamment.

Pour découvrir nos savonnières préférées c’est par ici avec La Brique et La Sittelle

Et pour en savoir plus sur le véritable savon de Marseille c’est

 

 

Mode de vie, Produit, Zéro Déchet

Comment faire sa lessive soi-même ?

Grâce au savon de Marseille, il est facile de réaliser soi même sa propre lessive pour trois fois rien. Dans un premier temps, il est conseillé de se renseigner sur la dureté de l’eau  (présence importante de calcaire ou non) dans votre région. Cela vous aidera à décider de la quantité de lessive à utiliser et d’ajuster l’ajout d’anti-calcaire, comme le vinaigre blanc, si nécessaire.

Pour le linge très tâché, il est préférable de le faire tremper au préalable et de frotter la tâche avec un savon détachant.

Pour fabriquer votre lessive il vous faut faire bouillir 1 litre d’eau et y diluer 40 à 45g de copeaux de savon de Marseille. Remuer jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Attention, la lessive fige à froid, c’est tout à fait normal, pensez à ne pas remplir complètement votre contenant  pour pouvoir le secouer efficacement avant chaque utilisation.

Si vous souhaitez parfumer votre lessive, nous vous conseillons d’utiliser des fragrances plutôt que des huiles essentielles, car ces dernières sont très polluantes pour les écosystèmes aquatiques et sont très coûteuses en ressources pour leur fabrication.

Si besoin, ajouter un verre de vinaigre blanc dans le bac à adoucissant, ce dernier ravive les couleurs, adoucit le linge et enlève les derniers résidus de calcaire. A utiliser avec parcimonie car il altère certains élastiques et peut déformer les tissus synthétiques. Il peut aussi user plus rapidement les joints de votre lave linge. Pour le blanc, 1 à 2 cuillères à soupe de percarbonate de soude, directement dans le tambour de la machine, ravivera les blancs ternes ou jaunis.

Retrouvez les produits dont vous avez besoin pour réaliser cette recette dans notre boutique en ligne :
Copeaux de savon de Marseille : https://epicerielegramme.fr/produit/savon-de-marseille-en-copeaux-750g/
Vinaigre blanc : https://epicerielegramme.fr/produit/vinaigre-blanc-12/
Contenant 2L : https://epicerielegramme.fr/produit/contenant-2l/

Pour en savoir plus sur la Savonnerie du Fer à Cheval et le Savon de Marseille :
https://epicerielegramme.fr/le-savon-de-marseille/

Fournisseur, Produit

Le Chocolat Saldac

Le Chocolat est un produit de luxe devenu banal, entraînant très souvent des conditions de travail déplorable pour les agriculteurs, qui vivent majoritairement dans une grande pauvreté. Certaines exploitations font aussi travailler des enfants ou même des esclaves.

C’est pourquoi il est important de se renseigner sur la provenance du chocolat que l’on consomme. Nous avons choisi la marque Saldac, pour ses produits de qualité, son éthique concernant la production des fèves de cacao et la fabrication du chocolat.

Saldac collabore avec la coopérative Pangoa au Pérou. Le cacao qui pousse sur les terres des associés de la coopérative est une variété ancienne et rustique : la variété Criollo, qui comporte plus de beurre de cacao que les nouvelles variétés hybrides et dont les arômes  sont beaucoup plus développés. Il s’agit une des dernières coopératives au Pérou (et même sur l’ensemble de l’Amérique latine) qui possède encore des variétés anciennes de cacaoyers, de la famille Criollo, qui renferment des caractéristiques gustatives d’une qualité exceptionnelle. Il n’y a aucune variété hybride au sein de la coopérative.

La filière Chocolat de Saldac a été certifiée SPP (Symbole des Petits Producteurs – un label fairtrade) depuis 2016. Saldac achète les fèves à la coopérative à un prix au dessus de celui du cours mondial, afin de garantir une qualité de vie aux associés permettant ainsi le développement des villages alentours.

Tous les ans, Saldac se rend au Pérou à la rencontre des producteurs et de leur organisation afin de les encourager dans leur travail et de maintenir d’excellentes relations.

Les fèves sont donc importées du Pérou, transformées ensuite par un maître-chocolatier à Montélimar dans la Drôme. Il n’utilise aucun autre produit qui ne soit pas d’origine du cacao, pour ne pas transformer le goût authentique d’un bon chocolat : pas de vanille, ni de lécithine. Seulement des fèves, du sucre (de canne d’une autre filière de Saldac) et un peu de beurre de cacao quand cela est nécessaire, surtout pour les chocolats à base de lait (et donc du lait, bien sûr).

Le beurre de cacao est fabriqué à partir des mêmes fèves de la coopérative Pangoa, par une petite chocolaterie à Lima au Pérou : ils obtiennent ainsi un beurre de pure origine Criollo, non désodorisé. De cette façon le goût des tablettes n’est pas dénaturé, au contraire, leurs caractéristiques s’en trouvent renforcées.

Nous avons choisi de travailler avec Saldac pour leur transparence, leur engagement et la qualité de leurs chocolats et nous sommes ravies de constater que vous adorez leurs produits !

Bonne dégustation !

Pour plus d’informations :
https://saldac.com/nos-filieres/chocolat/

Fournisseur, Mode de vie, Produit

La farine de blé

Ce qu’on appelle « farine » est le résultat de céréales ou de graines (blé, seigle, sarassin, riz, orge) broyés.  Le grain de blé est constitué de trois parties : l’amande, le germe et l’enveloppe.
L’amande, cœur du grain de blé, est moulue pour obtenir la farine blanche.  L’enveloppe du blé est le son.

Les différentes variétés de farines sont caractérisées en France en fonction de leur taux de blutage. C’est à dire, au poids des cendres restantes lors de la calcination d’un échantillon de farine dans un four de laboratoire à 900°C. Le « taux de cendres » indique la teneur en minéraux de la farine. Plus le taux de cendres est faible plus la farine est pure et blanche, car les matières minérales sont surtout contenues dans le son. 

En France les farines sont désignées par un « type »: la lettre T, qui correspond à un taux de cendre typique de la farine en question. Par exemple l’incinération de 100 g de farine de type 55 (« T55 ») produit environ 0,55 g de cendres minérales. 
Il existe 6 types de farines de blé: 

  • de la T45 à la T65 nous avons des farines blanches
  • la T80 dites farine bise ou semi-complète
  • la T110 une farine complète
  • la T150 une farine intégrale

A l’épicerie, nous avons de la farine de blé T80 et T110 provenant des Bouches du Rhône, du Moulin St Joseph. Nous la recevons en paquet de 5 kilos, que nous vendons soit directement par 5 kilos ou alors en vrac.

C’est dans le son que l’on retrouve les fibres et les minéraux, mais aussi les résidus de pesticides et autres produits utilisés pour certaines cultures du blé. Il est donc conseillé, pour l’utilisation des farines d’un type supérieur au T55 (contenant du son), de choisir des farines issues de cultures de blé n’ayant pas été traitées avec des pesticides pour éviter la présence de résidus.

Les farines ayant un fort taux protéique (gluten), servent à faire du pain ou des pâtisseries. Cependant ces farines (celles entre T45 et T65) ont trop peu de minéraux et de fibres, elles ne sont pas intéressantes nutritionnellement parlant.

La farine est obtenue à partir de deux types de mouture :
  – À la meule pour la farine complète et l’intégrale. Ce procédé éclate le grain et rend fort malaisée l’obtention de farine blanche, avec un piètre rendement. Pour obtenir une bonne farine, on la travaille à nouveau, au ralenti, avec une petite meule. L’intégrale, qui contient la presque totalité du grain, fait l’objet d’un tamisage de sécurité (pour ôter les impuretés). La meule, sous ses formes les plus variées est employée depuis que les hommes consomment des céréales.
  – Au cylindre pour la farine blanche ou la bise. Le cylindre est beaucoup plus précis. Il fait l’objet de réglages tout au long du processus. On y « déroule » le grain. On fait de grosses feuilles de son plus facilement séparées par le tamis. On ne brutalise pas trop le grain : on le déchire sommairement, on extrait la farine et on envoie le reste, après calibrage, sur les autres machines. On pratique jusqu’à 8 passages : le grain est alors complètement nettoyé.

La farine est principalement composé d’amidon. Il s’agit d’un glucide complexe, il va en partie être métabolisé par les levures. Imprégné d’eau et chauffé à 70°C, l’amidon épaissit : on dit qu’il forme un empois. Le gluten est un mélange de protéines. Il a une grande importance dans la panification. Les molécules de gluten forment un réseau élastique et extensible qui va retenir les bulles de dioxyde de carbone, issues de la dégradation des sucres par les levures. C’est ce phénomène qui provoque la levée de la pâte. Les sucres sont peu nombreux, mais permettent la fermentation. Dans la graine de blé, les matières grasses se trouvent principalement dans le  germe et dans les enveloppes. Ces éléments étant éventuellement supprimés à la mouture, il peut parfois en rester très peu dans la farine. Une quantité de matières grasses trop importante serait néfaste à la bonne conservation de la farine et nuirait au rôle du gluten. Les matières minérales servent à déterminer la qualité d’une farine ainsi que son type. Les principales sont le phosphore, le potassium et le magnésium.

 

 

Fournisseur, Mode de vie, Produit

Des brosses à dents écologiques

 

source : instagram @caliquoparis


Des brosses à dents écologiques ?

Caliquo, notre fournisseur confectionne des brosses à dent rechargeables. On ne change que les poils, pas le manche. Cela permet de réduire les déchets en gardant le manche le plus longtemps possible.

Caliquo est une entreprise  basée à Cherbourg. C’est la première a avoir créé une brosse à dent rechargeable en France. Le manche des brosses est fait en bio-plastique avec 70%  d’huile de ricin. Les pigments utilisés pour les colorés sont naturels. Et concernant les brosses à dents « wax », l’impression est réalisée par tampographie en France. Pour les brosses en bois, Caliquo utilise du bois de hêtre, issu des forets françaises. Ils ont aussi une gamme de brosses à dents pour les enfants adaptés de 2 à 6 ans.

Les têtes de brosses à dents sont recyclables grâce à Terra Cycle. Elles sont récupérées à différents points de collecte, comme Le Gramme. Nous renvoyons les têtes usagées à Terra Cycle afin qu’ils assurent le recyclage complet de ces dernières. En effet, si vous mettez les têtes directement dans le bac à recyclage, c’est bien trop petit pour être pris en compte par le centre de tri. Pour contrer ce problème, Terra Cycle récupère les têtes en grande quantité et peut ainsi assurer le recyclage.

Ils ne recycle d’ailleurs pas que des têtes de brosses à dents, mais bien d’autres choses. Comme indiqué sur leur site web, ils recyclent « le non recyclable ». Le papier bulle, les bouchons d’oreille, masques de protection, les toner d’imprimantes, trombones et capsules de café. Terra Cycle à beaucoup de programmes de recyclage et de points de collecte.

À Montpellier, il existe beaucoup de campagnes de collecte en cours. Vous pouvez y participer en vous renseignant sur Terra Cycle.
Il s’agit d’une entreprise Américaine considérée comme le leader international en terme de collecte de déchet difficilement recyclable. Ils ont permis d’éviter à des milliard de déchets de finir incinérés ou enfoui en décharge.

Fournisseur, Mode de vie, Vrac

Nos produits d’entretien

On vous présente aujourd’hui, Bulle Verte, notre fournisseur en produits ménager. Installée à Malataverne en Drôme Provençale, l’entreprise fabrique des produits d’entretien écologiques depuis 1994.

Leurs produits ne contiennent pas de conservateur et sont composés en moyenne de 99% d’ingrédients d’origine naturelle. Bulle Verte fait une sélection rigoureuse des meilleurs ingrédients d’origine naturelle, végétale et minérale. Ils choisissent avec soin leurs fournisseurs locaux et  assurent une traçabilité complète de la fabrication jusqu’à la commercialisation.

Depuis 30 ans, ils se sont engagés à contribuer au développement de l’économie locale et l’unique site de fabrication, de conditionnement et d’expédition se situe en Drôme Provençale.

La recherche au sein du laboratoire Recherche et Développement de Bulle Verte consiste à rendre les produits ménager et d’hygiène le plus naturel possible, en puisant dans les ressources renouvelables et végétales afin de proposer des produits écologiques pour une utilisation en toute sécurité dans la maison et pour les personnes.

Les produits Bulle Verte sont : sans conservateur, sans OGM, sans perturbateur endocrinien, non testés sur les animaux et sans produit ou sous produit animaux.

Pour l’instant nous avons une dizaine de références chez Bulle Verte : de la lessive, du liquide vaisselle, du nettoyant multi-usage, du nettoyant sols, du gel WC, du désinfectant sans rinçage mais aussi du savon noir, du bicarbonate de soude et du vinaigre blanc.

Nous recevons les produits par bidons de 20 kg, qui sont complètement recyclables. Si vous souhaitez acquérir un de ces bidons, nous pouvons vous les donner ! Contactez-nous !

Fournisseur, Produit

Notre gamme de café

Notre gamme de café se compose pour l’instant de 4 terroirs. Nous avons deux fournisseurs différents : Terra Kawha et Makéda. Nous recevons le café en grains par 5 kilos minimum et nous pouvons le moudre sur demande grâce au moulin à café que nous a gratuitement fournit Terra Kawha. En effet, le café moulu perd plus vite son arôme, c’est pourquoi nous préférons le moudre sur demande (même si cela prends un peu de temps).

Terra Kawha est une entreprise basée à Goncelin dans l’Isère. Les cafés de Terra Kawha viennent uniquement d’Ethiopie. Ce café est dit sauvage, car les caféiers poussent à l’ombre des autres arbres de la forêt. Ils n’ont subi aucun traitement phytosanitaire. Cependant Terra Kawha a choisi de ne pas passer la labellisation bio afin de ne pas faire augmenter le tarif de ses cafés. Les grains de café sont ramassés à la main.

Nous avons deux terroirs venant d’Ethiopie, il s’agit du Sidamo et du Lekempti issu du commerce équitable. Tous deux sont des Arabica. Leurs noms sont des appellations protégés, désignant des régions d’Ethiopie d’où vient les grains de café.

Le Sidamo est cultivé à 1500 m d’altitude, dans le sud de l’Ethiopie. « D’une belle robe noisette, ce grand cru propose un nez intense d’une belle et délicate complexité : l’attaque est franche, portée sur le fruit puis la dégustation égrène des notes de brioche toastée, chocolatée et pistachée. Pas d’amertume. Très belle persistance en bouche. » – Annie-Françoise CROUZET, Maître-Sommelier.

Le Lekempti est cultivé à 1200 m d’altitude dans l’ouest de l’Ethiopie. « Un nez gourmand, une rondeur qui rappelle la cerise, le côté griotte ou le noyau d’amande. La bouche, franche et aromatique, est charnue mais sans aucune lourdeur. Elle allie la puissance avec une délicate finesse. » – Annie-Françoise CROUZET, Maître-Sommelier.

Terra Kawha est aussi engagé au niveau environnemental. Nous recevons leurs produits dans des fûts consignés en cartons qui nous permettent de stocker les grains de café dans des conditions idéales tout en limitant la production de déchets.

Ils sont membre de Réseau Vrac, une association de professionnels œuvrant pour la démocratisation du vrac.

Terra Kawha s’engage aussi socialement en Ethiopie en offrant de l’aide à des orphelins et des mamans célibataires éthiopiennes. Ce qui permet aux enfants d’être scolarisés et aux mamans de suivre une formation professionnelle afin qu’elle puissent trouver un travail par la suite. Une partie des bénéfices de la vente du café est reversée à La Maison d’Accueil ACEDE, Accueil d’Enfants d’Ethiopie, située à Addis Abeba. Si cela vous intéresse vous pouvez offrir un parrainage à un enfant de ce centre ici.

Si vous souhaitez découvrir plus en détails sur Terra Kawha c’est par ici : https://www.terra-kahwa.com/

Les cafés Makéda sont sélectionné par Scop Epice notre grossiste qui est basé à Marseille. Ils sont donc torréfiés à Marseille de manière artisanale, lentement et à basse température selon les spécificités de chaque variété. Le conditionnement en sachet kraft est réalisé par une Esat.
Les terroirs que nous avons choisi chez Makéda viennent de l’Amérique centrale. Un du Guatemala : le Chiquimula, l’autre de l’Honduras : le Marcala.

Le Chuiquimula du Guatemala est un arabica équilibré avec des notes fruitée et de cacao.

Le Marcala de l’Honduras est un arabica suave et aromatique avec des notes d’orange et de pêche.

Si vous souhaitez découvrir plus en détail Makéda c’est par ici : http://www.makeda.bio/

Recettes

Smoothie anti-gaspi

L’été est synonyme de chaleur, alors pour se rafraîchir un peu, vous pouvez faire des smoothies !
On peut combiner ça avec du zéro déchet en prenant des fruits abîmés ou qui sont en train de tourner à cause de la chaleur : pêche, abricot, pastèque, melon, … avec un fond de jus d’orange par exemple ou alors de la limonade. Faites votre choix et les proportions que vous voulez. Vous pouvez aussi rajouter une boule de sorbet et un peu de sirop pour un smoothie gourmand !

Il suffit de tout passer dans un mixer et le tour est joué ! C’est tellement facile qu’on se demande pourquoi on en fait pas plus souvent !

Et si vous cherchez une alternative aux pailles jetables nous avons de magnifiques pailles en inox spécial smoothie en vente, pour avoir encore plus la classe.

Si vous avez encore des fruits abîmés chez vous, on vous donne quelques idées ici !

Fournisseur, Mode de vie, Produit

Le savon de Marseille

Du sol au plafond, en passant par les murs, les terrasses en bois, les chaussures, le fer à repasser ou encore vos matelas, les canapés en cuir, la lessive ou la vaisselle, vous pouvez pratiquement tout laver au savon de Marseille y compris vous même. (Il est idéal pour les personnes allergiques ou aux peaux sensibles car il est hypoallergénique et ne contient donc pas d’allergènes.)

Ce savon est un véritable couteau-suisse du ménage, on vous en dit un peu plus sur son histoire :

L’origine du savon de Marseille vient du fameux savon d’Alep originaire de Syrie. L’appellation du « Savon de Marseille » n’est pas d’origine contrôlée mais elle correspond à un procédé de fabrication codifié. En gros n’importe qui peut dire qu’il fabrique du savon de Marseille. C’est pour ça qu’il existe de nombreuses contrefaçons.

Le premier savonnier recensé à Marseille date du 14ème siècle. Maintenant il ne reste que 5 savonneries qui continue à fabriquer du savon avec les même méthodes qu’il y a 3 siècles. Ce sont : Le Fer à Cheval, La Savonnerie du Midi, Marius Fabre, la Savonnerie le Sérail et Rampal La Tour. Elles ne fournissent que 30% de la consommation nationale de Savon de Marseille. Le reste vient malheureusement de Chine et de Turquie qui sont les plus gros fabricants mondiaux de savon de Marseille à l’heure actuelle.

Concernant la fabrication des savons, ils sont saponifiés à chaud, dans un chaudron.

Les 4 critères pour reconnaître un authentique savon de Marseille sont :

  • Sa forme : en cube ou en pain
  • Sa couleur : brun vert (huile d’olive) ou blanc (huile de palme)
  • L’empreinte : il comporte une empreinte sur au moins l’une de ces 6 faces.
  • Sa composition : il ne doit pas contenir plus de 6 ingrédients naturels (pas de parfum, pas de conservateur, pas de colorant). Il faut une teneur de 72% d’acide gras, généralement des huiles végétales.

Chez le Gramme, nous vous proposons des savons fait avec 72% d’huile d’olive qui leur donne une jolie couleur verte. Ils viennent de la Savonnerie le Fer à Cheval, la plus vieille savonnerie de Marseille. 

Nous avons plusieurs formes pour toutes les utilisations : des savonnettes pour le bain, des cubes de 100g et 300g, des barres tranchées, des tranches de 125g mais aussi des copeaux et des stick détachant pour le linge.

Pour nettoyer n’importe quelle surface : murs, plafonds, sols, terrasses, avec une action dégraissante et lessivante , notamment en cuisine, vous pouvez diluer une poignée de copeaux de savons de Marseille dans un seau d’eau chaude. Il vous suffit ensuite de lessiver avec une brosse ou un balai brosse et de rincer à l’eau claire. 

On vous donne rendez-vous sur les marchés pour des astuces ménage !

La recette pour faire sa lessive soi-même

Fournisseur, Produit

Les Oreillettes du Languedoc

Les Oreillettes sont un dessert d’origine languedocienne, c’est une variété de beignet à la pâte fine et croustillante. Traditionnellement elles représentent le pain riche pour marquer le début du carême.
Beaucoup d’équivalents aux Oreillettes du Languedoc existent en France et dans le monde. Comme notamment les Bugnes ou les Merveilles en région bordelaise.

Les Biscuits de Mél, une entreprise basée à Saint-Georges d’Orques nous fournit en Oreillettes saupoudrées de sucre glace. Avec un léger goût citronné elles sont très légères et croustillantes sous la dent.

Oreillettes du Languedoc
crédit : Les Bicuits de Mél

Actualités, Produit

Nouveaux produits ! (07/20)

Cette semaine, on agrémente notre gamme de produits.

Parmi les petits nouveaux on compte des Bananes chips en provenance des Philippines. Délicieux en-cas pour l’apéritif ou un petit creux ! On en mangerait par poignées.

Des Biscuits Apéritifs au Comté en provenance des Alpes ! Pour des apéro gourmands tout au long de l’été. Ces biscuits viennent compléter notre fameux Mélange Apéro Curry !

Du Riz rond blanc de Camargue ! Tout est dit, un produit Français, qui plus est local, c’est toujours bien.

On augmente aussi notre gamme de pâtes sans gluten avec des Fusilli aux pois cassés qui viennent du Vaucluse.

Et des Céréales Mops Miel pour le petit déjeuner en direct de la Bretagne. Ces boules soufflés au miel vont ravir vos papilles et celles de vos enfants pour bien commencer la journée.

A bientôt sur les marchés pour vous faire déguster tout ça ! Et bien sûr on vous tient au courant des prochaines nouveautés !

Recettes

Recette cake aux poires

Vous avez quelques poires trop mûres qui traînent et vous ne savez pas quoi en faire ? C’est l’occasion idéale pour réaliser ce délicieux cake extra moelleux !

Ingrédients :

  • 5 petites poires (vous pouvez en mettre moins si vous voulez)
  • 2 oeufs
  • 250 g de farine
  • levure chimique
  • 110 g de sucre
  • 125 g de beurre
  • 10cl de lait
  • facultatif  du chocolat et du sucre vanillé

Préchauffez votre four à 160°C.

Faites fondre le beurre à feu doux. Dans un saladier, mélangez le sucre et le beurre fondu. Ajoutez les œufs et mélangez bien. Incorporez ensuite les 10 cl de lait, la farine tamisée et la levure. Vous devez obtenir une pâte lisse. N’oubliez pas le chocolat fondu et le sucre vanillé pour plus de gourmandise.

Épluchez les poires, détaillez les en petits morceaux et ajoutez-les à la pâte. Versez votre préparation dans un moule à cake beurré.

Mettez au four ente 50 et 60 mn. Vérifiez la cuisson à l’aide d’un couteau dont la lame doit ressortir sèche.
Et voilà, plus qu’à déguster avec un bon thé pour le goûter !